Isabelle Lasternas

 

Isabelle LASTERNAS

Artiste sculpteur

 

 Exposition aux Jardins de Barbirey

 

expositions 2009

1er mai/15 juin au chateau de Barbirey (21)

25 juin-30 août : "chez les Amis-du-7" à Dijon

 

 

 

 

 
 

 

 

 

Céramique raku et

Sculptures végétales

 
Non loin de la Puisaye, terre bénie des potiers, à Decize, Isabelle LASTERNAS travaille à la création de tout un peuple : êtres étranges, issus de son imagination, de souvenirs lointains, d’une autre vie, peut être ….

Du travail de la terre et d’une méthode de cuisson millénaire, le « raku », ils naissent.

Les doigts modèlent , jouent avec l’air, le feu et, finalement , l’eau laissant émerger ces êtres atypiques.

Tantôt , seuls, ils méditent.

Tantôt, regroupés, ils « papotent », parlent de la vie, tout simplement : du bonheur des uns, du malheur des autres.

On pourrait parler de naissance, destruction puis renaissance : en effet, chaque sculpture est un « puzzle », un assemblage.

Ses dernières créations, les « Arbronautes » sont ; des êtres hors de l’espace et hors  du temps : Un monde emprunt de mystère et de rêve

 

Les « rakus »

Les « exclus de la terre » : sont nés d’un voyage au Tibet

Ils témoignent. Force et émotion sont omniprésentes.

 

Les « génies de la terre » : sont esprits bienfaiteurs, elfes ou muses, dieux protecteurs, esprits des lieux, génies symboliques des forces naturelles et phénomènes atmosphériques, divinités de la nuit, peuple de ses rêves

 

 

 

 

 

 

 

     

 

                        

 

 

 





Les « Arbronautes »

Un véritable hymne à la Nature

Ils sont : branches d’arbres, bois brûlés, écorces , végétaux,

objets marqués par l’usure du temps, abandonnés.

Ils sont la fusion du passé  et du futur. Venus de temps  immémoriaux, sur les chemins de l’éternité,

ils nous intriguent, nous interpellent.

Ils participent à la vie ; ils sont la vie.
Nous disparaissons. Ils restent

 

 

 

 

 

 

 

« Ceux qui sont morts ne sont pas morts…  

Les morts ne sont pas sous la terre

Ils sont dans l’arbre qui frémit.

Ils sont dans l’eau qui coule.

Ils sont dans l’eau qui dort.

Les morts ne sont pas morts »